Cinéglobe - Critiques des films à l'affiche par Aline

L'actualité du cinéma- Critiques des films du moment! Archives 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 -2015 - 2016 - 2017

17 mars 2012

38 témoins

20024468Drame

drap_francais Film français

Note: 13/20 ♥

Date de sortie: 14 mars 2012
Réalisateur:
Lucas Belvaux
Acteurs:
Yvan Attal, Sophie Quinton, Nicole Garcia
Durée:
1h44

Synopsis (Allociné) : 
Alors qu'elle rentre d'un voyage professionnel en Chine, Louise découvre que sa rue a été le théâtre d'un crime. Aucun témoin, tout le monde dormait.
Paraît-il.
Pierre, son mari, travaillait. Il était en mer.
Paraît-il…
La police enquête, la presse aussi.
Jusqu'à cette nuit où Louise rêve. Elle rêve que Pierre lui parle dans son sommeil.
Qu'il lui parle longuement. Lui qui, d'habitude, parle si peu.


Ma critique de "38 témoins": Une intrigue minimale, un environnement ultra-réaliste, une unité de décor réduite, « 38 témoins » part d'un fait divers glacial et accrocheur : celui qui pourrait arriver à Monsieur Tout Le Monde. Voilà la grande qualité du film de Lucas Belvaux. Décrire une situation exceptionnelle dans un cadre neutre qui va poser des questions sur la nature de l'être humain dans la société.

Un crime a lieu la nuit en pleine rue. La police interroge le lendemain les voisins, mais personne n'a rien vu ou entendu: peut-on vraiment douter du témoignage de 38 personnes? On voit très vite où l'enquête et la morale du film veulent en venir, sans gâcher le lent déroulement du scénario.

Dès les premiers instants du film, le spectateur est plongé dans une ambiance sobre au côté mystérieux plutôt prenant. D'abord insignifiante, l'atmosphère devient au fur et à mesure pesante, grâce à un jeu sur les bruitages et le son assez percutant. L'ensemble s'achève sur un final éprouvant.

Si l'ensemble tend à fonctionner au début, certaines fausses notes viennent pourtant troubler la réelle vraisemblance de l'histoire.

Les dialogues sont très écrits, interprétés d'une manière peu spontanée par les comédiens ; Yvan Attal et Sophie Quinton en deviennent énervants. Les personnages ont tendance à sonner faux. Bref, le film ne réussit jamais à convaincre totalement. Le choix des longues scènes posées apporte un rythme souvent inerte, aussi intéressant qu'ennuyeux.

Lucas Belvaux réussit habilement à confronter le spectateur au sentiment de malaise, mais d'une manière qui reste malheureusement éphémère. Trop d’éléments poussifs viennent troubler la vraisemblance d'une telle intrigue. Les propos moralisateurs font aussi perdre tout intérêt au message. La lâcheté humaine semble ici condamné par tous, avec peu de nuance.

Un fait de société glacial qui sonne à la fois terriblement fort... et faux (?).

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOCOO

Emotion:        OOCOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
une démonstration percutante sur l'humain et la société
- une atmosphère sobre et pesante
dans la ville (à la mode) du Havre
-
une mise en scène qui marque


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- des éléments qui sonnent faux dans le scénario et dans l'interprétation
- des personnages peu intéressants
- des dialogues qui créent des longueurs

Posté par Aline Cineglobe à 13:18 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2012

Cheval de Guerre

19825088Drame

67564366Film américain

Note: 13/20

Date de sortie: 22 février 2012
Réalisateur:
Steven Spielberg
Acteurs:
Jeremy Irvine, Emiliy Watson, Peter Mullan
Durée:
2h27

Synopsis (Allociné) : 
De la magnifique campagne anglaise aux contrées d’une Europe plongée en pleine Première Guerre Mondiale, "Cheval de guerre" raconte l’amitié exceptionnelle qui unit un jeune homme, Albert, et le cheval qu’il a dressé, Joey. Séparés aux premières heures du conflit, l’histoire suit l’extraordinaire périple du cheval alors que de son côté Albert va tout faire pour le retrouver. Joey, animal hors du commun, va changer la vie de tous ceux dont il croisera la route : soldats de la cavalerie britannique, combattants allemands, et même un fermier français et sa petite-fille…


Ma critique de "Cheval de Guerre": Pas de grande surprise, ce nouveau Spielberg est une aventure épique, où le héros du film est bel est bien un cheval (une petite difficulté puisque a priori il ne s'agit pas de l'animal le plus attendrissant de tous). L'ensemble est calibré d'une manière romanesque pour plaire à un public familial avant tout. Ainsi tous les personnages parlent anglais pour éviter les sous-titrages, la plupart sont gentils et bienveillants malgré le contexte de guerre, la musique aime les beaux violons, le cheval est héroïque et vraiment très très fort... Le tout mélangé à des images plus rudes lors des combats et de nombreux passages éprouvants.
On sait donc vraiment à quoi s'attendre (si l'affiche du film ne vous inspire pas, n'y allez pas...). Du Spielberg assez bien fait mais qui ne donne jamais une réelle stupéfaction. En effet, la tonalité du film partagé entre tristesse, espoir et émotion, laisse plutôt un sentiment ambiant de mièvrerie.

Le point de vue de vivre la guerre à travers le parcours d'un cheval est original, un personnage neutre qui permet de faire évoluer le récit et les décors sans jamais se retourner. On passe ainsi du camp britannique au camp allemand sans savoir où la prochaine scène va nous faire avancer, faisant apparaître une multitude de personnages en cours de route (auxquels on ne s'attache d'ailleurs pas vraiment), et montrant les soldats comme de simples pions humains. Une intrigue ficelée, mais des émotions attendues.
L'esthétique de la photographie est très appuyée, avec une image digne d'une épopée cinématographique.

L'objectif grand spectacle est donc assuré, mais attention car 2h30 de bravoure, de bons sentiments et de tristesse, ça use les yeux (... et beaucoup moins le coeur, dommage). En voulant faire la gloire à ce cheval de guerre, toute la psychologie des autres personnages se perd dans quelque de chose de peu intéressant.

Un joli bonbon... au goût chimique.

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOOOO

Rythme:       OOOOO

Acteurs:   OOCOO

Emotion:        OOOCO

 

Intéressant? -

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
une fresque épique et hippique chargée de bons sentiments
-
une réalisation grand spectacle à l'ancienne
- le contexte mélodramatique de la guerre


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un résultat mièvre avec des facilités
-  des émotions écrites pas très spontanées
- 2h30 de passages pas très joyeux, c'est un peu long...

Posté par Aline Cineglobe à 16:26 - Drame - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 mars 2012

Martha Marcy May Marlene

19996360Drame

67564366Film américain

Note: 14/20

Date de sortie: 29 février 2012
Réalisateur:
Sean Durkin
Acteurs:
Elizabeth Olsen, John Hawkes, Sarah Paulson
Durée:
1h41

Synopsis (Allociné) : 
Après avoir fui une secte et son charismatique leader, Martha tente de se reconstruire et de retrouver une vie normale. Elle cherche de l’aide auprès de sa sœur aînée, Lucy, et de son beau-frère avec qui elle n’avait plus de contacts, mais elle est incapable de leur avouer la vérité sur sa longue disparition. Martha est persuadée que son ancienne secte la pourchasse toujours. Les souvenirs qui la hantent se transforment alors en effrayante paranoïa et la frontière entre réalité et illusion se brouille peu à peu...


Ma critique de "Marthe Marcy May Marlene": Ce long-métrage un exposé psychologique grave d'une élégance plutôt troublante. Une jeune fille désemparée s'installe chez sa soeur après avoir fui la secte où elle a vécu pendant deux ans. Le thème est assez fort pour que l'on s'intéresse à celui-ci avec attention. C'est à coup de flashback que le réalisateur nous immisce dans certains souvenirs déconcertants de Martha qui participe à construire le profil fragile du personnage.

L'ensemble nous emmène alors dans les rouages malsains et ambigus d'une petite secte de campagne, mené par un gourou comme il se doit. Les parallèles entre le présent et le passé viennent composer la trame scénaristique du film, ouvrant sur des jeux de mise en scène assez stylisés. L'atmosphère calme est intéressante même si elle n'est pas sans rappeler un certain univers du cinéma indépendant américain. La psychologie des personnages est réussie, avec un casting bon dans l'ensemble. On retiendra une touchante Elizabeth Olsen dans la retenue de ses expressions. De même, la soeur et son mari apporte un autre souffle au récit. Si l'enjeu dramatique du film est assez pertinent, au fur et à mesure des scènes, le propos et les tensions se délitent. Malheureusement la fin du récit ne donne pas une conclusion digne de ce nom, rendant l'ensemble assez vain, et révélant quelques longueurs.

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOOCO

Rythme:       OOOOO

Acteurs:   OOOCO

Emotion:         OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Assez

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour découvrir le talent d'Elizabeth Olsen
-
pour plonger au coeur d'un drame psychologique
- pour le constraste d'un climat doux et violent à la fois


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un film qui n'a pas l'ampleur d'une fin en queue-de-poisson
-  le côté parano qui manque d'intérêt
- un rythme d'une lenteur un peu trop convenue

Posté par Aline Cineglobe à 18:12 - Drame - Commentaires [2] - Permalien [#]

La Désintégration

19959467Drame

drap_francais Film français

Note: 10/20

Date de sortie: 15 février 2012
Réalisateur:
Philippe Faucon
Acteurs:
Rachid Debbouze, Yassine Azzouz, Ymanol Perset
Durée:
1h18

Synopsis (Allociné) :
Une cité dans l’agglomération Lilloise, aujourd’hui.
Ali, Nasser et Hamza, âgés d’une vingtaine d’années, font la connaissance de Djamel, dix ans de plus qu'eux.
Aux yeux d'Ali et ses amis, Djamel apparaît comme un aîné aux propos acérés et au charisme certain. Habile manipulateur, il endoctrine peu à peu les trois garçons, connaissant mieux que quiconque leurs déceptions, leurs failles et leurs révoltes face à une société dans laquelle ils sont nés, mais dont aucun des trois ne pense plus désormais faire partie.


Ma critique de "La Désintégration": Un sujet fort autour de l'extrémisme religieux, ou comment des jeunes qui se sentent rejetés par la société se font enrôler dans le terrorisme. Cependant le film emprunte des raccourcis qui construisent un développement pas très bien crédible et perceptible, des dialogues pas toujours intéressants. L'aspect reportage devient vite froid et ennuyeux, mais la démonstration ne laisse quand même pas indifférent avec quelques moments plus intenses.

Un peu laborieux cinématographiquement parlant...

 

Réalisation:    OOCOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:        OOCOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OCOOO

 

Intéressant? Assez

Divertissant? Moyennement

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour la courte durée du film
- pour Rachid Debbouze ( jeune frère de Jamel)
et Zahra Addioui( la mère)
pour un sujet audacieux


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- des raccourcis
- un aspect schématique
- pas toujours très crédible et un traitement assez froid

Posté par Aline Cineglobe à 16:44 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2012

Extrêmement fort et incroyablement près

20045444Drame

67564366Film américain

Note : 9/20 ϟ

Date de sortie: 29 février 2012
Réalisateur:
Stephen Daldry
Acteurs:
Tom Hanks, Thomas Horn, Sandra Bullock
Durée:
2h08

Synopsis (Allociné) :
Oskar Schell, 11 ans, est un jeune New-Yorkais à l'imagination débordante. Un an après la mort de son père dans les attentats du World Trade Center, le "jour le plus noir", selon l'adolescent, il découvre une clé dans les affaires du défunt. Déterminé à maintenir un lien avec l'homme qui lui a appris à surmonter ses plus grandes angoisses, il se met en tête de trouver la serrure qui correspond à la mystérieuse clé. Tandis qu'il sillonne la ville pour résoudre l'énigme, il croise toutes sortes d'individus qui, chacun à leur façon, sont des survivants. Chemin faisant, il découvre aussi des liens insoupçonnés avec son père qui lui manque terriblement et avec sa mère qui semble si loin de lui, mais aussi avec le monde déconcertant et périlleux qui l'entoure...


Ma critique de "Extrêmement fort et incroyablement près": Ce mélodrame autour des attentats du 11 septembre cherche à attiser les émotions, autour d'un résultat extrêment prétentieux. La victimisation excessive de cet événement tragique, mais surtout l'invraisemblance générale de l'intrigue peut laisser perplexe. En effet, suite à la mort de son père, un jeune enfant se lance dans une mystérieuse quête: trouver la serrure qui correspond à la clé découverte dans les affaires du défunt.

Stephen Daldry soigne les détails et l'atmosphère de son film, à travers une lumière tamisée, une photographie esthétisante. L'ambiance énigmatique est attirante, mais ne cesse de faner dans un récit qui ne tient pas ses promesses. Ni réaliste, ni fantastique: le ton intermédiaire de l'invraisemblance se retrouve lié aux événements très contextualisés du 11 septembre, et cela ne fonctionne pas vraiment. Le film veut nous prendre par les sentiments, mais chaque élément demeure très artificiel. Certes les passages émouvants ne manquent pas, et les coeurs sensibles ne resteront pas indifférents, mais attention à l'indigestion.

Bienvenue dans l'univers de la compassion.

Réalisation:    OOCOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:       OOCOO

Acteurs:   OOCOO

Emotion:         OOOOO

 

Intéressant? Pas vraiment

Divertissant? Assez

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
des sujets émouvants: le deuil, l'enfance, le 11 septembre, la paternité...
-
une image esthétique
- une atmosphère narrative intimiste


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une intrigue peu vraisemblable
-  une certaine prétention
- un gamin qui finit par être plus agaçant que réellement touchant

Posté par Aline Cineglobe à 23:57 - Drame - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 février 2012

Café de Flore

19864449Drame

drap_francais Film français, canadien

Note: 14/20 ♥

Date de sortie: 18 janvier 2012
Réalisateur:
Jean-Marc Vallée
Acteurs:
Vanessa Paradis, Kevin Parent, Hélène Florent
Durée:
2h00

Synopsis (Allociné) : 
Il n’est pas facile de dire adieu à ceux qu’on aime ; pour y parvenir, il faut parfois toute une vie - ou deux. Entre le Paris des années 1960 et le Montréal d’aujourd’hui se déploie une vaste histoire d’amour à la fois sombre et lumineuse, troublante et malgré tout pleine d’espoir. Café de Flore raconte les destins croisés de Jacqueline une jeune parisienne mère d’un enfant unique, d’Antoine un DJ montréalais ainsi que des femmes qui l’entourent. Ce qui les relie : l’amour, troublant, maladroit, imparfait et inachevé… humain.


Ma critique de "Café de Flore": "Café de Flore" fait parti des films qui laissent une impression étrange. A travers une réalisation alambiquée et un scénario qui donne lieu à des longueurs, ce long-métrage libère tout de même une réelle aura.

Jean-Marc Vallée réalise en effet une fiction qui nous marque constamment de son empreinte mélodramatique. Le scénario alterne le récit de deux histoires: celle d'une mère qui surprotège son enfant unique atteint de trisomie dans le Paris des années 60; et celle d'un père de famille montréalais qui de nos jours, a fraîchement reconstruit une nouvelle vie amoureuse. Le film réussit à maintenir une sorte de suspense ambiant, puisque le spectateur se doute bien que les histoires finiront par se rejoindre avant la fin.

Le visuel est assez riche avec un sens accordé à chaque image, beaucoup d'effets, des flous, des jeux de lumière et de sons... Des effets de style d'ailleurs pas toujours utilisés avec fluidité, n'hésitant pas à surcharger la photographie. La fin à laquelle on adhère ou pas, démontre une construction recherchée (donne un plus grand sens à la forme), offrant alors une deuxième lecture du film.

Si j'ai plutôt adhéré à l'atmosphère décrite par le film, le rythme étiré et les longueurs des scènes garantissent des passages plus ennuyeux, descriptifs, où l'on a parfois envie de compter les moutons. Du côté de l'interprétation, Vanessa Paradis fait transparaître beaucoup de tendresse dans son personnage. J'ai été moins convaincu par le canadien Kevin Parent, peu expressif, plus fade, malgré ses beaux yeux. Un film pas toujours divertissant sur le moment, mais qui laisse quelque chose...

A voir pour son ambiance sensible.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Moyennement

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
l'esthétique de la mise en scène
- le ton mélodramatique touchant

-
pour l'accent québécois


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un rythme assez lent et étiré
- un scénario aux chemins controversés
- un résultat maniéré

Posté par Aline Cineglobe à 23:53 - Drame - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 février 2012

Les Papas du dimanche

19853369Drame

drap_francais Film français

Note: 12/20 ♥

Date de sortie: 25 janvier 2012
Réalisateur:
Louis Becker
Acteurs:
Thierry Neuvic, Hélène Fillières, Olivier Baroux
Durée:
1h30

Synopsis (Allociné) : 
Trompé par sa femme, Antoine quitte le foyer et va s’installer chez Léo, son ami d’enfance. Léo et sa femme Léa, vont l’aider à surmonter cette épreuve. Le plus dur pour lui, c’est le manque de ses trois enfants. Le fameux week-end sur deux qui fait de vous un Papa du dimanche, un peu amateur, comme l’est un pêcheur ou un conducteur du dimanche. La vie doit continuer, le sourire et la joie revenir. Un apprentissage difficile puis progressivement joyeux de cette nouvelle vie où même une nouvelle rencontre amoureuse trouvera peut-être sa place…


Ma critique de "Les papas du dimanche": Des sentiments doux, un scénario bénin, et une esthétique de téléfilm. On retrouve une volonté de créer une atmosphère sincère et authentique qui se cache derrière une réalisation pourtant trop banale et convenue. Le thème de la séparation est traité avec pudeur, à travers la vision d'un papa-poule tendre avec ses enfants. C'est délicat, mais avec des couches de lassitude. On notera une prestation de Thierry Neuvic supérieure à sa moyenne.

Un dimanche vite oublié...

 

Réalisation:    OOCOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOCOO

 

Intéressant? -

Divertissant? Assez

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
un film tendre
- un
sujet touchant proche du spectateur
-
la reprise de la chanson " le vent nous portera" par Sophie Hunger


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un effet guimauve
- rien d'original
- une réalisation banal

Posté par Aline Cineglobe à 22:40 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2012

Trust

19955954Drame

67564366Film américain

Note: 11,5/20 

Date de sortie: 18 janvier 2012
Réalisateur:
David Schwimmer
Acteurs:
Clive Owen, Catherine Keener, Liana Liberato
Durée:
1h46

Synopsis (Allociné) :
Chez eux, en banlieue, Will et Lynn Cameron se sentent en sécurité. Dans leur maison, la nuit, ils dorment avec le sentiment que leurs trois beaux enfants sont parfaitement protégés. Lorsque Annie, leur fille de 14 ans, se fait un nouvel ami sur Internet – Charlie, un garçon de 16 ans rencontré sur un forum – Will et Lynn ne s’inquiètent pas. Ils se disent qu’il est normal que des adolescents échangent grâce aux nouvelles technologies.
Après plusieurs semaines de conversations en ligne, Annie se sent de plus en plus attirée par Charlie. Même si peu à peu, elle réalise qu’il n’est pas ce qu’il prétend être, elle continue à être fascinée par lui. Le masque finira par tomber et cela va déclencher un engrenage que personne n’aurait pu imaginer, mais qui changera définitivement la vie de toute la famille…


Ma critique de "Trust": Malheureusement la VF du film est déplorable, l'ensemble sonne faux voire ridicule, et il devient difficile de juger l'interprétation des acteurs. Réalisé par David Schwimmer (le Ross de "Friends"), ce film n'évite pas certains clichés. Une démonstration sombre et dérangeante sur les dérives d'Internet ou comment une jeune fille naïve se retrouve manipuler par un pervers. L'intention de sensibiliser le public sur ces horribles pratiques est noble, mais le résultat cinématographique est tout aussi jeune et naïf. Un sujet fort, traité avec des défauts, une mise en scène qui manque d'envergure, et une morale très banale. L'intrigue est vite dévoilée (écartant l'aspect thriller), très vite les enjeux ne reposent plus que sur la psychologie des personnages. A côté de cela, l'engrenage et le drame familial est assez bien retranscrit à l'écran. Il y a donc du bon et du moins bon...

Un sujet grave traité avec des maladresses.

Réalisation:    OOCOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:       OOCOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:         OCOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Passable

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
un sujet d'actualité qui fait réfléchir
-
un registre démonstratif efficace
- l'écriture sur la psychologie des personnages


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une mauvaise VF
- du bien pensant banal
- des clichés maladroits

Posté par Aline Cineglobe à 01:15 - Drame - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 janvier 2012

Louise Wimmer

19956789Drame

drap_francais Film français

Note: 14,5/20 ♥

Date de sortie: 4 janvier 2011
Réalisateur:
Cyril Mennequn
Acteurs:
Corinne Marioso, Jérôme Kircher, Anne Benoit
Durée:
1h20

Synopsis (Allociné) : 
Après une séparation douloureuse, Louise Wimmer a laissé sa vie d’avant loin derrière elle. A la veille de ses cinquante ans, elle vit dans sa voiture et a pour seul but de trouver un appartement et de repartir de zéro. Armée de sa voiture et de la voix de Nina Simone, elle veut tout faire pour reconquérir sa vie.


Ma critique de "Louise Wimmer": Le spectateur observe le portrait réaliste et poignant d'une femme qui lutte contre la précarité au quotidien. On retiendra surtout le jeu de la comédienne Corinne Masiero très juste, avec une force de conviction touchante, derrière un personnage controversé. Au coeur d'une situation socialement difficile (dormir dans sa voiture, se laver dans une station-service), ce film construit un témoignage évitant le pathos superflu, restant digne comme son personnage et se permettant les mêmes écarts. Le scénario n'est pas très novateur, presque transparent et étiré en longueur, précis dans la volonté de montrer les détails, mais le point de vue humain adopté est maîtrisé.

Une toile dramatique efficace.

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOCOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOCOO

 

Intéressant? Assez

Divertissant? Assez

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
le jeu de Corinne Masiero
- le sujet de la précarité, traité derrière une représentation intéressante

- un réalisme touchant


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une intrigue linéaire générant quelques moments répétitifs et lassants
- des enjeux démonstratifs limités
- une image grisâtre qui déprime

Posté par Aline Cineglobe à 00:32 - Drame - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 janvier 2012

Anonymous

19732060Drame

67563973 Film britannique, allemand

Note: 13/20 

Date de sortie: 4 janvier 2012
Réalisateur:
Roland Emmerich
Acteurs:
Rhys Ifans, Vanessa Redgrave, Joely Richardson
Durée:
2h18

Synopsis (Allociné) : 
C’est l’une des plus fascinantes énigmes artistiques qui soit, et depuis des siècles, les plus grands érudits tentent de percer son mystère. De Mark Twain à Charles Dickens en passant par Sigmund Freud, tous se demandent qui a réellement écrit les œuvres attribuées à William Shakespeare. Les experts s’affrontent, d’innombrables théories parfois extrêmes ont vu le jour, des universitaires ont voué leur vie à prouver ou à démystifier la paternité artistique des plus célèbres œuvres de la littérature anglaise.
A travers une histoire incroyable mais terriblement plausible, "Anonymous" propose une réponse aussi captivante qu’impressionnante.


Ma critique de "Anonymous": Roland Emmerich, habitué des grosses productions, change de registre pour se consacrer à un film plus historique, à partir de la théorie selon laquelle Shakespeare ne serait pas réellement l'auteur de ses écrits. Le synopsis est alléchant, mais attention tout de même, il faut s'accrocher pour suivre cette histoire alambiquée. Le cinéaste choisi une voie compliquée, où tout va très vite: de nombreux personnages, des allers-retours entre différentes époques, un contexte historique peu expliqué, des conspirations ambiguës... Le rythme est assez soutenu, les évènements suivent une dynamique rapide, c'est pourquoi on peut facilement perdre le fil et avoir des difficultés agaçantes à resituer chaque chose au début (même si on finit par s'y retrouver). Mais c'est aussi cette dynamique qui donne un ton intéressant à la mise en scène. Petit à petit on assemble les pièces du morceau, et on commence à apprécier le jeu charismatique de Rhys Ifans, et la reconstitution des décors d'époque.

A voir bien éveillé !

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:       OOOOO

Acteurs:    OOOCO

Emotion:         OCOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour découvrir cette théorie farfelue
-
pour le jeu de Rhys Ifans qui crève l'écran à lui seul
- pour l'ambiance d'époque


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- il faut se concentrer pour comprendre
- des éléments confus qui peuvent nous échapper
- pas transcendant

Posté par Aline Cineglobe à 22:57 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]