Cinéglobe - Critiques des films à l'affiche par Aline

L'actualité du cinéma- Critiques des films du moment! Archives 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 -2015 - 2016 - 2017

14 février 2013

7 jours à la Havane (sortie DVD)

61EvxKQz-wL

Drame

67564366 Film américain

Date de sortie: 30 mai 2012
Réalisateur:
-
Acteurs principaux:
-
Durée:
2h09

Synopsis (Allociné) :
Instantané de la Havane d’aujourd’hui : un portrait contemporain d’une ville éclectique à travers un film composé de 7 chapitres réalisés par Benicio del Toro, Pablo Trapero, Julio Medem, Elia Suleiman, Gaspar Noé, Juan Carlos Tabío et Laurent Cantet.


Ma critique de "7 jours à la Havane": Voici un film collectif, où 7 réalisateurs internationaux se sont succédés pour nous raconter une histoire dans la mythique ville de la Havane. A la manière de "Paris je t'aime" ou "New-York I love You", cette fois-ci direction Cuba, dans sa capitale poussiéreuse et figée dans le temps.

Le principe est simple, 7 jours, 7 réalisateurs, 7 histoires, avec parfois des lieux ou des personnages secondaires qui vont se croiser, mais il faut avoir l'oeil! Ce film nous embarque dans une ambiance toute particulière, et a le mérite de nous évader dans le charme atypique de la ville, avec quelques stéréotypes difficile à éviter.

Par contre, il est vrai que du côté scénario, l'intérêt des histoires est assez inégal. Certains chapitres sont ennuyeux ou peu captivants, car la substance n'est pas très épaisse, et repose un peu trop sur l'exercice de style. Le résultat est assez spécial, mais plus on avance dans le film, et plus on se prend au jeu des curiosités cinématographiques à venir.

Le film ravira donc tous les curieux, avec des courts-métrages variés et personnels, mais le rythme reste poussif dans son ensemble, faute à des personnages parfois creux de l'extérieur. On appréciera davantage le travail autour de la musique, des ambiances et des images de la ville.

Au niveau du dvd, le contenu nous propose un making-of qui s'avère assez complémentaire au visionnage du film.

 

Merci à Cinetrafic et ses partenaires pour m'avoir fait découvrir 7 jours à la Havane

Découvrez aussi d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie film 2013.

7 jours à la Havane sortie en DVD / BLU RAY le 6 février 2013, distribué par France Télévisions Distribution.

Posté par Aline Cineglobe à 01:13 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2013

Renoir

20303396Drame

drap_francais Film français

Note: 13/20 ♥♥

Date de sortie: 2 janvier 2012
Réalisateur:
Gilles Bourdos
Acteurs:
Michel Bouquet, Christa Theret, Vincent Rottiers
Durée:
1h51

Synopsis (Allociné) :
1915. Sur la Côte d’Azur. Au crépuscule de sa vie, Auguste Renoir est éprouvé par la perte de son épouse, les douleurs du grand âge, et les mauvaises nouvelles venues du front : son fils Jean est blessé… Mais une jeune fille, Andrée, apparue dans sa vie comme un miracle, va insuffler au vieil homme une énergie qu’il n’attendait plus. Éclatante de vitalité, rayonnante de beauté, Andrée sera le dernier modèle du peintre, sa source de jouvence.


Ma critique de "Renoir": Gilles Bourdos nous emmène au carrefour des générations, en dressant le portrait croisé de deux personnalités : Auguste Renoir et son fils Jean. On suit les vieux jours du célèbre peintre, partagé entre les soucis quotidiens (la maladie, les proches) et la passion artistique

Au niveau de la mise en scène, le jeu des couleurs et des lumières est fidèle à la sensibilité d'un joli tableau. Les paysages reposants de la Côte d'Azur et la lumière dorée prennent ici le contre-pied des sévices de la guerre de 14-18. On respire l'air de la nature, sans oublier d'illustrer un contexte difficile. Le huis clos dans la maison familiale installe cependant un rythme statique et souligne une intrigue pas très dense. C'est le téléfilm France 2 par excellence.

"Renoir" reste un film assez convenu dans sa forme tout comme les thèmes abordés en chemin (deuil/amour, vieillesse/jeunesse, peinture/cinéma...). Si Michel Bouquet rentre bien dans la peau du viel artiste, la performance des autres acteurs semblent plus fragile entre le sur-jeu (Christa Theret) et le non-jeu (Vincent Rottiers).

Un portrait sensible de la famille Renoir dans la douce intimité des jeux lumières. Le rythme et le jeu des acteurs restent trop souvent stationnaires.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:     OOOOO

Émotion:        OCOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Correct

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour une photographie belle et chaleureuse de l'environnement
-
pour la retranscription du quotidien du célèbre peintre
-
pour une approche simple des thèmes de la vie


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une intrigue plate à l'allure ennuyeuse
- la mauvaise articulation des acteurs ou des prises de sons
- l'interprétation qu'on aime ou pas

Posté par Aline Cineglobe à 17:44 - Drame - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 décembre 2012

L'Homme qui rit

20258994Drame

drap_francais Film français

Note: 14,5/20 ♥♥

Date de sortie: 26 décembre 2012
Réalisateur:
Jean-Pierre Améris
Acteurs principaux:
Marc-André Grondin, Gérard Depardieu, Emmanuelle Seigner
Durée:
1h33

Synopsis (Allociné) :
En pleine tourmente hivernale, Ursus, un forain haut en couleurs, recueille dans sa roulotte deux orphelins perdus dans la tempête : Gwynplaine, un jeune garçon marqué au visage par une cicatrice qui lui donne en permanence une sorte de rire, et Déa, une fillette aveugle.
Quelques années plus tard, ils sillonnent ensemble les routes et donnent un spectacle dont Gwynplaine, devenu adulte, est la vedette. Partout on veut voir ‘L’Homme qui rit’, il fait rire et émeut les foules. Ce succès ouvre au jeune homme les portes de la célébrité et de la richesse et l'éloigne des deux seuls êtres qui l’aient toujours aimé pour ce qu’il est : Déa et Ursus.


Ma critique de "L'Homme qui rit": Il s'agit de l'adaptation de l'oeuvre éponyme de Victor Hugo. La mise en scène de Jean-Peirre Améris plonge le spectateur dans l'ambiance d'un conte de Noël : des personnages à la fois mystérieux et crédules, d'autres plus malveillants. L'ensemble fait beaucoup penser à du Tim Burton, à travers les décors sombres, les costumes, et surtout à travers l'atmosphère musicale. C'est un décor très carton-pâte, dans un imaginaire enchanteur, auquel on sera plus ou moins sensible.

Le mélodrame et les bons sentiments sont très appuyés, avec une interprétation assez théâtrale, surtout dans le jeu de Christa Theret (Déa). La fin mièvre est complètement râté. Gérard Depardieu est plutôt attendrissant, tout comme Marc-André Grondin qui remplit le rôle de l'Homme qui rit avec satisfaction.

Si l'histoire maintient correctement le suspense, le mélo sentimental n'arrive cependant pas vraiment à émouvoir et n'est pas toujours crédible.

Un bon divertissement dans des décors de cinéma, mais la philosophie de l'histoire reste trop superficielle.

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOOCO

Acteurs:     OOOCO

Émotion:        OOCOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour l'ambiance mystérieuse et kitsch du conte
-
pour des bons sentiments qui font du bien
-
pour retrouver Marc-André Grondin dans le premier rôle


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un mélodrame très appuyé et sans profondeur
- des plans sur la cicatrice berk berk
- la fin mal amenée...

Posté par Aline Cineglobe à 13:12 - Drame - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 décembre 2012

Anna Karenine

20271863Drame

67563973

Film britannique

Note: 14,5/20

Date de sortie: 5 décembre 2012
Réalisateur:
Joe Wright
Acteurs:
Keira Knightley, Jude Law, Aaron Taylor-Johnson
Durée:
2h11

Synopsis (Allociné) :
Russie, 1874, la belle et ardente Anna Karénine jouit de tout ce à quoi ses contemporains aspirent : mariée à Karénine, un haut fonctionnaire du gouvernement à qui elle a donné un fils, elle a atteint un éminent statut social à Saint-Pétersbourg. À la réception d’une lettre de son incorrigible séducteur de frère Oblonski, la suppliant de venir l’aider à sauver son mariage avec Dolly, elle se rend à Moscou. Au cours de son voyage, elle rencontre la comtesse Vronski que son fils, un charmant officier de la cavalerie, vient accueillir à la gare. Quelques brefs échanges suffisent pour éveiller en Anna et Vronski une attirance mutuelle.


Ma critique de "Anna Karenine": Joe Wright revisite le roman de Tolstoï avec une intention surprenante et audacieuse de mise en scène. Le film s'ouvre sur une succession de tableaux mêlant le monde du théâtre avec celui du cinéma. Ce ballet artistique est assez surprenant quand on ne s'y attend pas, car il sépare de manière très fabriquée la forme et le fond de l'oeuvre.

Le visuel est très dense, relativement bien soigné, avec de beaux décors et de grands costumes, mais de manière aussi très confinée comme si tout le film se déroulait dans une maison de poupée. L'unité de temps et de lieu est appréciée de façon très spéciale, le film tourné en studio préfère les chorégraphies artistiques aux paysages d'ambiance. C'est bien calibré, et on a l'impression d'assister à un opéra dansant, surtout dans la première partie du film. J'ai trouvé l'ensemble assez fluide et créatif, je suis donc plutôt séduite par tous ces jeux de scènes, plongeant le spectateur dans une atmosphère originale qui se veut être la Russie des années 1870.

L'histoire est quant à elle beaucoup plus linéaire, sans grande surprise dans le traitement du drame sentimental. Les acteurs font partie intégrante du spectacle, avec un casting très british qui reste une histoire de goût personnel ; je ne suis pas forcément très fan du jeu de Keira Knighley ni de celui de Aaron Taylor-Johnson. Même si le rythme est relativement long, la palette de personnages fonctionne plutôt bien.

Cette nouvelle adaptation du mélodrame russe cherche à se distinguer par une mise en scène artistique et baroque.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOCO

Rythme:       OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Émotion:      OOCOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Assez

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour une mise en scène très artistique et un visuel élégant
-
pour l'histoire sentimentale
- pour l'apparition du frenchie Raphaël Personnaz ^^


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une oeuvre remplie d'artifices pompeux
- assez long
- un manque de charme local (la Russie)

14 décembre 2012

Trois mondes

20317585Drame

drap_francais Film français

Note: 15/20 ♥♥

Date de sortie: 5 décembre 2012
Réalisateur:
Catherine Corsini
Acteurs:
Raphaël Personnaz, Clotilde Hesme, Arta Dobroshi
Durée:
1h41

Synopsis (Allociné) :
Al est un jeune homme d’origine modeste à qui tout réussit : il se marie dans huit jours avec la fille de son patron et doit prendre la tête de l’entreprise de son futur beau-père. Une nuit, après une soirée arrosée à fêter dignement tous ces projets d’avenir, il renverse un inconnu. Poussé par ses deux amis d’enfance, il abandonne le blessé et s’enfuit.
De son balcon, Juliette a tout vu. Hantée par l’accident, elle va aider Véra, la femme du blessé, à retrouver l’homme qu’elle a vu fuir.


Ma critique de "Trois mondes": Ce film s'intéresse à des thèmes susceptibles de parler à tout le monde, ce qui rend cette histoire très authentique, et permet de créer une tension psychologique permanente. Après une nuit bien arrosée, un homme au volant de sa voiture renverse un inconnu. C'est un sujet déjà largement traité au cinéma, mais on ne s'en lasse pas, surtout quand mon chouchou Raphaël Personnaz tient le rôle principal.

Chacun de nous pourrait se retrouver à la place des trois personnages principaux ; victime, coupable, ou témoin. Catherine Corsini s'efforce de nous décrire un monde normal et hétéroclite, dans lequel une vie peut basculer rapidement. Une démonstration avec parfois des pas maladroits dans l'écriture narrative ou dans l'illustration des idées. La réalisatrice pointe d'un doigt appuyé différents profils de la société, qui divergent par leur statut social ou sentimental. Dans un film qui semble ne prendre aucun parti, et qui se plaît à questionner le spectateur sur les questions de culpabilité ou d'argent, chaque scène est l'image d'une petite controverse : les immigrés, les parvenus, l'amitié, l'enfant hors mariage, le travail au noir, le don d'organe, l'infidélité, l'alcool, l'acension social, les concesionnaires automobiles, la mort, les boutiques de luxe... Bref, c'est un peu à chacun de faire sa propre tambouille.

On reste dans une mise en scène sobre et classique qui n'évolue pas beaucoup. La réalisatrice manie avec une certaine aisance la tension dramatique, notamment grâce à une très bonne utilisation du thème musical. Cependant le rythme et le cadrage ne sont pas assez alerte pour parler de thriller et le montage à tendance à lisser les émotions.

Les acteurs sont dans l'ensemble plutôt bon, mais dirigés d'une manière qui n'exploite peut-être pas tout leur potentiel.

Un fait divers cauchemardesque qui, malgré une dynamique peu expressive dans la longueur, ne laisse pas indemne.

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOOCO

Rythme:        OOOCO

Acteurs:     OOOCO

Émotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour des thèmes marquants, notamment celui de la culpabilité et du destin
-
pour des acteurs convaincants dans les moments forts
-
aussi efficace qu'une prévention de la sécurité routière


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- des ficelles scénaristiques parfois poussives
- une mise en scène passe-partout
- une fin qui tombe trop facilement en queue de poireau

Posté par Aline Cineglobe à 23:18 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 novembre 2012

The impossible

20282580Drame moins10

67564366

drapeau-espagnol

Film américain, espagnol

Note: 15,5/20

Date de sortie: 21 novembre 2012
Réalisateur:
Juan Antonio Bayona
Acteurs:
Naomi Watts, Ewan McGregor
Durée:
1h47

Synopsis (Allociné) :
L’histoire d’une famille prise dans une des plus terribles catastrophes naturelles récentes. The Impossible raconte comment un couple et leurs enfants en vacances en Thaïlande sont séparés par le tsunami du 26 décembre 2004. Au milieu de centaines de milliers d’autres personnes, ils vont tenter de survivre et de se retrouver. D’après une histoire vraie.


Ma critique de "The impossible": "The Impossible" nous plonge au coeur du tsunami qui a frappé l'Asie du sud en 2004. C'est un peu délicat de divertir sur le dos d'une catastrophe si récente. Voici le principal reproche que l'on peut faire à cette production, qui ramène ce traumatisme à une simple anecdote familiale. Le point de vue semble pauvre, puisque l'on reste focalisé sur le sort de ces riches touristes censés nous ressembler, sans regard plus percutant sur les enjeux du drame social et économique. Définitivement, le film a bien une allure de film catastrophe hollywoodien, qui joue sur la survie humaine. Si le principe en soi-même peut gêner, le film réalisé par Juan Antonio Bayona ("L'Orphelinat") se révèle un mélodrame très bien maîtrisé sur le plan de l'émotion.

En effet, dans un décor criant de réalisme, la mise en scène touche le spectateur au coeur de la tragédie, où la moindre séquence cherche à susciter un petit pincement. Musique orchestrale, scènes éprouvantes, personnages poignants, pas de répit pour les âmes sensibles!

Ewan McGregor est parfait comme toujours. Le jeu du garçon qui joue le fils aîné est le plus inégal de tous.

Un mélodrame saisissant et positivement sirupeux sur les émotions.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOCO

Rythme:       OOOCO

Acteurs:    OOOCO

Emotion:      OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour une reconstruction très réaliste du tsunami
-
pour les excès de mise en scène qui jouent sur les émotions
- pour la musique tire-larmes de Fernando Valasquez


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- la focalisation anecdotique sur la riche famille de vacanciers sans autre forme d'analyse
- c'est un mélo complet avec jambon, oeuf et fromage
- le jeu du fils aîné

Posté par Aline Cineglobe à 23:49 - Drame - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 novembre 2012

Thérèse Desqueyroux

20255135Drame

drap_francais Film français

Note: 12/20

Date de sortie: 21 novembre 2012
Réalisateur:
Claude Miller
Acteurs:
Audrey Tautou, Gilles Lellouche, Anaïs Desmoutier
Durée:
1h50

Synopsis (Allociné) :
Dans les Landes, on arrange les mariages pour réunir les terrains et allier les familles. Thérèse Larroque devient Madame Desqueyroux ; mais cette jeune femme aux idées avant-gardistes ne respecte pas les conventions ancrées dans la région. Pour se libérer du destin qu’on lui impose, elle tentera tout pour vivre pleinement sa vie…


Ma critique de "Thérèse Desqueyroux": Le regretté Claude Miller livre une réalisation académique du roman de Mauriac qui n'est pas pour déplaire. La photographie et les décors nous plongent dans l'époque des années 20. La technique est soignée. Cependant le cinéaste choisit un rythme linéaire, dans lequel on voit le temps passer.

Le choix des acteurs laisse dubitatif avec une interprétation un peu scolaire, individuelle ... La prestation n'inspire pas de réelles émotions ou d'empathie.

Une adaptation bien exécutée, mais le temps devient long.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:     OOOOO

Emotion:        OCOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Moyennement

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour une adaptation maîtrisée et fine
-
pour l'ambiance d'époque
-
parce que c'est le dernier film de Claude Miller


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- des lassitudes
- un manque d'âme dans l'absolu
- un film qui s'oublie vite

Posté par Aline Cineglobe à 02:06 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2012

Une nouvelle chance

20261629Drame

67564366Film américain

Note: 12/20

Date de sortie: 21 novembre 2012
Réalisateur:
Robert Lorenz
Acteurs :
Clint Eastwood, Amy Adams
Durée:
1h51

Synopsis (Allociné) :
Un découvreur de talents spécialisé dans le baseball voit sa vie basculer avec la perte progressive de sa vue. Il décide pourtant de faire un dernier voyage à Atlanta, accompagné de sa fille, à la recherche d'un talent prometteur.


Ma critique de "Une nouvelle chance": Clint Eastwood réédite son personnage de vieux grincheux, on n'échappe pas au sentiment de déjà-vu. Le scénario est médiocre, avec de bons sentiments et beaucoup de poncifs du genre. Le côté "bavard" du film est assez lassant, et même les personnages deviennent rasants (on échappe pas à l'histoire d'amour ultra prévisible). L'histoire est assez commune, et le milieu du baseball m'avait semblé plus intéressant dans le film avec Brad Pitt "Le stratège". Le résultat est regardable mais pas nouveau, ça manque de sel.

Un mélo ennuyeux, faute à des airs de déjà-vu.

 

Réalisation:    OOCOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:       OOCOO

Acteurs:    OOCOO

Emotion:      OCOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Correct

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour un retour de Clint Eastwood devant la caméra
-
pour des thèmes abordés intéressants (vieillesse, sport, famille...)
- pour une mise en forme hollywoodienne


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- des longueurs
- le bruit des balles qui tapent la batte de baseball casse les oreilles
- du déjà-vu maladroit

Posté par Aline Cineglobe à 23:48 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2012

Les paradis artificiels

20215346Drame

drapeau_bresil Film brésilien

Note: 13/20 ♥♥

Date de sortie: 31 octobre 2012
Réalisateur:
Marcos Prado
Acteurs:
Natalia Dill, Luca Bianchi
Durée:
1h36

Synopsis (Allociné) :
Recife, Brésil. Erika et Lara viennent participer et mixer à une immense rave party. Au-delà du plaisir, elles vont s’initier aux extases de l'amour et des drogues.
Amsterdam, 2 ans plus tard. Nando est sur le point de ramener des drogues de synthèse à Rio. Lors d’une soirée, il rencontre Erika, DJ désormais bien établie.
Entre plaisirs éphémères et sensations éternelles, ils ressentent immédiatement une passion qui les dépasse…


Ma critique de "Les paradis artificiels": Avec son titre qui laisse rêveur, "Les paradis artificiels" nous emmène dans les vertiges éphémères de la drogue. Un portrait sensuel et euphorique qui dénonce de manière collatérale les effets de celle-ci. La caméra flotte entre scènes de fête et scènes érotiques. A part ça, il y a aussi une tentative de scénario et un montage flash-back qui maintient le suspense sur le destin des personnages. 

Un bad trip qui se veut esthétique.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Un peu

Divertissant? Y'a mieux

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour une vision de l'ivresse qui essaie d'embarquer le spectateur
-
pour voir un film brésilien
-
pour des scènes sensuelles


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- pour une mise en scène et un message qui laisse dubitatif
- ah zut... les personnages de l'affiche ne sont pas des avatars
- intêret limité

Posté par Aline Cineglobe à 20:17 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2012

Trishna (sortie DVD)

dvd-trishnaDrame

67563973 Film britannique


Réalisateur:
Michael Winterbottom
Acteurs:
Freida Pinto, Riz Ahmed

Synopsis : 
De nos jours au Rajasthan, Trishna, une jeune paysanne indienne travaille pour son père. Issue d'un milieu défavorisé, elle fait la rencontre de Jay, un séduisant jeune homme fortuné. Charmé, il offre à Trishna de travailler en tant que serveuse dans son hôtel de luxe. Devenus amants, ils vont alors se plonger dans une passion amoureuse, contaminée par une lutte des classes omniprésente.


Ma critique de "Trishna": "Trishna" est un film sentimental qui décrit la relation amoureuse entre deux amants issus de milieux sociaux différents. C'est un thème classique qui marche efficacement, grâce au couple Freida Pinto/ Riz Ahmed, bien assorti.

En adaptant le roman de Thomas Hardy à sa façon, le réalisateur évite de tomber dans une narration trop téléphonée. Michael Winterbotom prend le temps de décrire les différents personnages. Trishna est une jeune femme à l'attitude très passive, et Jay est un jeune homme séducteur issu d'un milieu aisé. L'évolution de la rencontre entre les deux constitue l'intrigue majeure, dans l'atmosphère dépaysante de l'Inde et selon des tableaux contrastés du pays; la campagne traditionnelle face au milieu urbain modernisé, les inégalités de pensée et de richesse avec lesquelles la jeune Trishna se trouve confrontée.

Malgré de bonnes intentions, le film reste en surface des choses, très approximatif sur les questionnements évoqués (tourisme, éducation, traditions). Un sentiment de lassitude est accru par une direction mitigée des acteurs. La réserve de la jeune Trishna mono-expressive n'est pas toujours crédible. Mais c'est surtout la tournure dramatique des évènements qui sonne faux. L'issue finale est vraiment précipitée, peu compréhensible, ce qui vient altérer le ton du film d'une manière décevante. L'évolution de l'état d'esprit des personnages est troublée d'une manière maladroite.

Malgré quelques fausses notes et longueurs, j'ai passé un bon moment à visionner ce film.

Niveau bonus, le DVD nous réserve un entretien avec le réalisateur Michael Winterbottom d'une dizaine de minutes. Cet interview aide à mieux cerner ses intentions et ses modifications par rapport à l'oeuvre originale.

 

Merci à Cinetrafic et ses partenaires pour m'avoir fait découvrir Trishna.

Découvrez aussi d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie Film d’amour et Film romantique.

TRISHNA sortie en DVD / BLU RAY le 18 octobre par BAC films.

Posté par Aline Cineglobe à 22:35 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]