Cinéglobe - Critiques des films à l'affiche par Aline

L'actualité du cinéma- Critiques des films du moment! Archives 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 -2015 - 2016 - 2017

04 février 2016

Spotlight

19719960

Drame

67564366 Film américain

Note: 13/20 ♥♥

Date de sortie: 27 janvier 2016
Réalisateur:
Tom McCarthy
Acteurs principaux:
Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams
Durée:
2h08

Synopsis (Allociné) :
Adapté de faits réels, Spotlight retrace la fascinante enquête du Boston Globe – couronnée par le prix Pulitzer – qui a mis à jour un scandale sans précédent au sein de l’Eglise Catholique. Une équipe de journalistes d’investigation, baptisée Spotlight, a enquêté pendant 12 mois sur des suspicions d’abus sexuels au sein d’une des institutions les plus anciennes et les plus respectées au monde. L’enquête révèlera que L’Eglise Catholique a protégé pendant des décennies les personnalités religieuses, juridiques et politiques les plus en vue de Boston, et déclenchera par la suite une vague de révélations dans le monde entier.


Ma critique de "Spotlight": Le sujet du film est préoccupant car il est adapté de faits réels : le scandale des prêtres pédophiles mais surtout leur protection par l'Eglise Catholique. Le réalisateur Tom McCarthy traite son film comme une enquête journalistique. Le scénario s'attarde sur le long travail d'investigation des journalistes, en ne se concentrant que sur une reconstitution minutieuse des évènements. Certes, le film met en lumière une enquête dérangeante, mais le rythme reste très descriptif et antimoderne, rendant l'ensemble un peu étouffant, monocorde.

spotlight

La mise en scène possède un décor à l'ancienne, un style épuré, sans musique, les acteurs s'inscrivent sans effort dans le rôle de journalistes bosseurs. Le casting met à l'honneur des comédiens de qualité partageant la tête d'affiche : Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams ou encore Stanley Tucci.

Zoom sur le travail d'un journaliste et d'une affaire scandaleuse... Intéressant mais un peu long dans le rythme.

 

Réalisation:   OOOOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:       OOOOO

Acteurs:   OOOOO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Moyen

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour la tradition de l'enquête journalistique
-
pour des acteurs de qualité
- pour le sujet délicat traité dans la sobriété


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un rythme long parfois ennuyeux
- on ne voit l'affaire que du côté des journalistes
- un fond de film très classique

Posté par Aline Cineglobe à 12:01 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2016

Les chevaliers blancs

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219Drame

67563699 Film français

Note: 16/20 ♥♥

Date de sortie: 20 janvier 2016
Réalisateur:
Joachim Lafosse
Acteurs principaux:
Vincent Lindon, Louise Bourgoin, Valérie Donzelli
Durée:
1h52

Synopsis (Allociné) :
Jacques Arnault, président de l’ONG "Move for kids", a convaincu des familles françaises en mal d’adoption de financer une opération d'exfiltration d'orphelins d’un pays d’Afrique dévasté par la guerre. Entouré d’une équipe de bénévoles dévoués à sa cause, il a un mois pour trouver 300 enfants en bas âge et les ramener en France. Mais pour réussir, il doit persuader ses interlocuteurs africains et les chefs de village qu’il va installer un orphelinat et assurer un avenir sur place à ces jeunes victimes de guerre, dissimulant le but ultime de son expédition...


Ma critique de "Les Chevaliers blancs": Un film très intéressant sur le sort des orphelins en Afrique et les limites des missions humanitaires, qui s'inspire presque avec regret, de la réelle affaire de "l'Arche de Noé". La mise en scène est très limpide, grâce à une tension permanente et un propos nuancé sans jugement. Le casting est bon, Vincent Lindon joue sur l'ambivalence des sentiments avec réussite mais sans surprise de sa part.

les chevaleirs blancs

Un sujet pertinent.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOCO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOCO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour la mise en scène efficace

- pour l'enjeu autour des réactions/ relations humaines

- pour la réflexion et l'ambivalence d'un tel sujet


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une dynamique parfois racoleuse
- donne envie d'en savoir plus entre réalité/fiction
- quelques répétitions

Posté par Aline Cineglobe à 18:09 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2016

Creed - L'Héritage de Rocky Balboa

19719960

Drame

67564366 Film américain

Note: 12,5/20

Date de sortie: 13 janvier 2016
Réalisateur:
Ryan Coogler
Acteurs principaux:
Michael B. Jordan, Sylvester Stallone
Durée:
2h14

Synopsis (Allociné) :
Adonis Johnson n'a jamais connu son père, le célèbre champion du monde poids lourd Apollo Creed décédé avant sa naissance. Pourtant, il a la boxe dans le sang et décide d'être entraîné par le meilleur de sa catégorie. À Philadelphie, il retrouve la trace de Rocky Balboa, que son père avait affronté autrefois, et lui demande de devenir son entraîneur. D'abord réticent, l'ancien champion décèle une force inébranlable chez Adonis et finit par accepter…


Ma critique de "Creed - L'Héritage de Rocky Balboa ": On retrouve l'univers de Rocky avec ce film de boxe, au prix d'un recyclage légèrement fade et artificiel. Le scénario est très convenu, un peu scolaire, avec une banalité dans les émotions et le suspense. Le cahier des charges est pourtant rempli : un film grand public et distrayant.

Michael B. Jordan n'est pas mauvais dans le rôle du nouveau héros (mais pas très charismatique) et les adieux de Stallone font sonner un air de nostalgie. Les éléments utilisés fonctionnent toujours (le dépassement de soi, la famille...), mais dans une recette assez ringarde (avec une petite romance en prime). Pas évident en effet de renouveler le genre, malgré quelques trouvailles visuelles et sonores.

creed

Le film tient la route, mais génère de trop nombreux flottements.

 

Réalisation:   OOOOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:       OOCOO

Acteurs:   OOOOO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Moyen

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour les combats de boxe
-
pour un film accessible grand public
- pour le travail sur le son


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- sans surprise
- l'histoire s'étire en longueur
- convenu

Posté par Aline Cineglobe à 00:58 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2015

Mia Madre

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219Drame

italie Film italien, français

Note: 12/20 ♥♥

Date de sortie: 2 décembre 2015
Réalisateur:
Nanni Moretti
Acteurs principaux:
Margherita Buy, John Turturro
Durée:
1h47

Synopsis (Allociné) :
Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?


Ma critique de "Mia Madre": Une oeuvre très personnelle, où Nanni Moretti évoque le décès de sa mère et réalise une mise en abyme du métier de cinéaste. C'est l'italienne Margherita Buy qui incarne son alter-ego : son personnage est une réalisatrice en plein tournage d'un film social qui doit parallèlement gérer la santé dégradante de sa mère.

mia madre

Le thème choisi n'est donc pas très gai et la dynamique reste assez simple : le portrait d'une femme forte et ses faiblesses. On alterne des scènes où l'héroïne est en plein tournage de son film avec des scènes où l'héroïne est au chevet de sa mère à l'hôpital. La force d'un tel récit provient de l'authenticité des situations, et surtout, du contraste entre les personnages, sans appuyer sur le pathos.

L'histoire jongle sur des registres différents, avec une bonne technicité et une fluidité de mise en scène. Les comédiens sont bons, l'ensemble sonne juste, mais honnêtement, on a envie de dire : encore heureux !

mia madre2

Beaucoup de réaction de la vie courante, où chacun peut s'identifier, voilà ce qui peut toucher le spectateur. On découvre aussi l'envers du décor cinématographique avec un aperçu de la réalisation d'un film, le sens du détail, les problèmes qui se posent. Les deux sujets se mêlent très bien. Le film joue sur la corde sensible, en évoquant des personnages délicats : un frère et une soeur unie face à la fin de vie de leur mère. Cependant la partie comédie associée aux scènes de tournage manque d'un humour plus convaincant. Le personnage de l'acteur capritieux m'a paru un peu ennuyeux et redondant (outre la scène dans la voiture).

mia madre3

Les idées sont bonnes, mais une fois le caractère des personnages dévoilés, on a vite fait le tour des bonnes intentions ! L'intensité dramatique devient peu pertinente, très banale, et le rythme atteint un ennui aussi mortel que la vie... On peut facilement regarder sa montre toutes les dix minutes. La substance scénaristique devient trop vite creuse. Les rires et les larmes ne sont pas subtiles, ils ne sont tout simplement pas. Filmer des personnages aussi normaux, humains, une espèce rare dans le cinéma, voilà peut-être l'exploit du réalisateur.

Des personnages intéressants, un thème triste, un rythme peu divertissant.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOCO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Correct

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour découvrir le côté "réalisation d'un film"

- pour le thème triste et parlant

- pour l'actrice principale (et sa coupe à la Samantha Carter)


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- parce que la moyenne d'âge dans la salle est de 70 ans
- la banalité des émotions mises en avant un peu décevante
- une intrigue qui manque d'envergure

Posté par Aline Cineglobe à 01:18 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2015

Les Cowboys

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219Drame

67563699 Film français

Note: 13/20 ♥♥♥

Date de sortie: 25 novembre 2015
Réalisateur:
Thomas Bidegain
Acteurs principaux:
François Damiens, Finnegan Oldfield, Agathe Dronne
Durée:
1h45

Synopsis (Allociné) :
Une grande prairie, un rassemblement country western quelque part dans l’est de la France. Alain est l’un des piliers de cette communauté. Il danse avec Kelly, sa fille de 16 ans sous l’oeil attendri de sa femme et de leur jeune fils Kid. Mais ce jour là Kelly disparaît. La vie de la famille s’effondre. Alain n’aura alors de cesse que de chercher sa fille, au prix de l’amour des siens et de tout ce qu’il possédait. Le voilà projeté dans le fracas du monde. Un monde en plein bouleversement où son seul soutien sera désormais Kid, son fils, qui lui a sacrifié sa jeunesse, et qu’il traîne avec lui dans cette quête sans fin.


Ma critique de "Les Cowboys": L'histoire s'intéresse à la disparition d'une jeune fille de 16 ans, en suivant la quête de son père pour la retrouver. Celui-ci va rapidement découvrir que sa fille s'est convertie à l'Islam en partant vivre avec son petit ami. Le drame familial raisonne dès lors avec une approche beaucoup plus géopolitique : conflits internationaux, réseaux islamistes radicaux... Un sujet à la fois dramatique et d'actualité qui en fait toute sa force. Le récit commence en 1994 et se termine beaucoup plus tard, pour nous montrer un père démuni dans son époque.

les cowboys

Le montage chargé d'ellipses, de découpages, d'étirements et de moments forts est modelé d'une façon qui ne laisse pas indifférent mais qui peut générer de l'ennui et des facilités: beaucoup de non-dits, des explications floues, des images se veulent plus fortes que les mots (attention aux maladresses).

La première partie du film est une redite de la bande-annonce, qui rejoue avec longueurs des scènes attendues. François Damiens s'empare avec brio d'un rôle dans lequel on ne l'attend pas. Le combat intérieur qu'il mène pour retrouver sa fille est davantage touchant que ses actions. Malheureusement les autres comédiens (la femme et le fils) ont un jeu moins authentique. De plus, les émotions ne sont pas toujours soutenues par la mise en scène, un peu dommage pour le genre du film (on pense notamment à la musique).

les cowboys2

La deuxième partie du film change de tournant pour redynamiser l'ensemble mais se révèle assez décevante dans le propos. Le spectateur reste toujours aussi passif, et les nombreux flous donnent l'impression d'un film qui avance au compte-goutte, cherchant à dénoncer on ne sait pas vraiment quoi, et sans savoir de quoi le cinéaste nous parle véritablement. Tout le mystère autour de la disparition de la jeune fille reste très obscur, sans parti pris, et sans grand bouleversement jusqu'aux dernières minutes...

Au final, l'intrigue autour de la famille déchirée reste le seul point de vue que le spectateur peut étudier, et donc, le plus évocateur. Cependant, les émotions délivrées par le fils (Finnegan Oldfield assez transparent) m'ont semblé bien plate.

Une histoire intéressante, mais pas aussi prenante et incarnée qu'on pouvait espérer.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOCOO

Acteurs:    OOCOO

Emotion:         OOCOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour François Damiens dans un rôle dramatique et intimiste

- pour la scène de fin plus émouvante

- pour le sujet sensible


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un cinéma de non-dits parfois agaçant et approximatif
- le lien père/fils pas assez bouleversant
- le jeu de certains comédiens un peu en dessous

Posté par Aline Cineglobe à 12:20 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2015

Les Suffragettes

19719960

Drame

 67563973Film britannique

Note: 14,5/20

Date de sortie: 18 novembre 2015
Réalisateur:
Sarah Gavron
Acteurs principaux:
Carrey Mulligan, Helena Bonham Carter
Durée:
1h46

Synopsis (Allociné) :
Au début du siècle dernier, en Angleterre, des femmes de toutes conditions décident de se battre pour obtenir le droit de vote. Face à leurs revendications, les réactions du gouvernement sont de plus en plus brutales et les obligent à entrer dans la clandestinité pour une lutte de plus en plus radicale. Puisque les manifestations pacifiques n’ont rien donné, celles que l’on appelle les suffragettes finissent par avoir recours à la violence pour se faire entendre. Dans ce combat pour l’égalité, elles sont prêtes à tout risquer: leur travail, leur maison, leurs enfants, et même leur vie. Maud est l’une de ces femmes. Jeune, mariée, mère, elle va se jeter dans le tourbillon d’une histoire que plus rien n’arrêtera…


Ma critique de "Les Suffragettes": Ce film historique s'intéresse au sujet ambitieux et vaste de la lutte des femmes pour le droit de vote. Pour nous parler de ce combat, le récit zoom de manière plus anecdotique sur les actions menées par un petit groupe d'ouvrières, à leur échelle, en Angleterre. On découvre à l'aide d'une caméra intimiste et à coup de gros plans rapprochés, comment une bonne mère de famille va peu à peu être conduite à mener des actions militantes en dépit de son propre confort.

les suffragettes

La mise en scène sobre s'appuie sur la force du jeu d'interprétation des acteurs, avec une Carrey Mulligan plutôt touchante dans son rôle (mais pas très originale). La reconstitution en habits d'époque est très correcte. Le scénario utilise le mélodrame de manière nécessaire sans tomber dans des personnages trop caricaturaux. Même s'il n'y a pas d'excès de violons, les enjeux dramatiques sont l'essence de cette histoire, avec un message féministe fort et des scènes qui cherchent à nouer le coeur. Le script linéaire peut donc devenir longuet si on n'entre pas facilement dans le jeu des sentiments.

les suffragettes2

Le résultat reste alors un peu scolaire et attendu, sans allumer l'étincelle qui fait chavirer dans les vraies émotions. Cette piqûre de rappel sur le combat mené par ces femmes n'est cependant pas superflu.

Une réalisation de bonne facture, pas trop ennuyante.

 

Réalisation:   OOOCO

Scénario:      OOOOO

Rythme:       OOOOO

Acteurs:   OOOCO

Emotion:       OOCOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour un récit intimiste et bien articulé
-
pour des actrices à leur place
- pour la tension dramatique


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une réalisation académique qui ne bouleverse pas le genre
- Meryl Streep ne fait que de la figuration
- un abus de gros plans qui fait mal à la tête

Posté par Aline Cineglobe à 16:19 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2015

En mai fais ce qu'il te plaît

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219Drame

67563699 Film français

Note: 14/20 ♥♥

Date de sortie: 4 novembre 2015
Réalisateur:
Christian Carion
Acteurs principaux:
August Diehl, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner
Durée:
1h54

Synopsis (Allociné) :
Mai 1940. Pour fuir l'invasion allemande, les habitants d'un petit village du nord de la France partent sur les routes, comme des millions de Français. Ils emmènent avec eux dans cet exode un enfant allemand, dont le père opposant au régime nazi est emprisonné à Arras pour avoir menti sur sa nationalité. Libéré dans le chaos, celui-ci se lance à la recherche de son fils, accompagné par un soldat écossais cherchant à regagner l'Angleterre...


Ma critique de "En mai fais ce qu'il te plaît": Ce long-métrage décrit l'exode des populations françaises pendant l'invasion allemande de la Seconde Guerre mondiale. L'intrigue repose sur le destin d'un enfant allemand et de son père opposant au régime nazi, qui vont brutalement être séparés, après s'être réfugiés en France. Le genre de film à faire sortir les mouchoirs. La musique symphonique médiocre de Ennio Morricone est omniprésente, et le réalisateur immisce dans le récit quelques scènes fortes.

en mai fais ce qu'il te plaît

La reconstitution ambitieuse du cinéaste est plutôt soignée. L'idée de mélanger des personnages de plusieurs nationalités donne une bonne dynamique aux dialogues. Cependant la tension dramatique reste très artificielle, donnant vie à une fiction plutôt banale : le gros plan sur "le village français" est plat.

L'aventure et les émotions restent donc trop bien pensantes sur la forme, mais on ne les boudent pas pour autant : l'ensemble reste cohérent et supportable.

en mai fais ce qu'il te plaît2

Quelques ombres au casting surgissent par ailleurs : la présence de Mathilde Seigner dans un rôle que l'on lui connaît vraiment par coeur, et Alice Isaaz (l'institurice) qui joue très mal.

Un film de bonne constitution.

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:         OOOCO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour une histoire touchante

- pour un sujet historique

- pour un rythme pas trop ennuyeux


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une mise en scène très appuyée
- une histoire très sentimentaliste
- une forme assez télévisuelle

Posté par Aline Cineglobe à 09:51 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2015

Mon Roi

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219Drame

67563699 Film français

Note: 16/20 ♥♥

Date de sortie: 21 octobre 2015
Réalisateur:
Maïwenn
Acteurs principaux:
Vincent Cassel, Emmanuelle Bercot, Louis Garrel
Durée:
2h04

Synopsis (Allociné) :
Tony est admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Dépendante du personnel médical et des antidouleurs, elle prend le temps de se remémorer l’histoire tumultueuse qu’elle a vécue avec Georgio. Pourquoi se sont-ils aimés ? Qui est réellement l’homme qu’elle a adoré? Comment a-t-elle pu se soumettre à cette passion étouffante et destructrice ? Pour Tony c’est une difficile reconstruction qui commence désormais, un travail corporel qui lui permettra peut-être de définitivement se libérer …


Ma critique de "Mon Roi": Pour sa quatrième réalisation, Maïwenn nous plonge dans l'histoire sentimentale d'une femme charmée par le prototype du séducteur. Elle s'appelle Tony (E. Bercot), elle est rassurée d'attirer Georgio (V. Cassel) dans son lit, et elle tombe amoureuse. Sauf qu'une histoire d'amour avec le Roi des cons, ça a un prix. La mise en scène, les dialogues et les acteurs forment un trio gagnant. 

mon roi

Le spectateur est plongé dans l'intimité tumultueuse du couple. Leur bonheur, leurs obstacles se dévoilent d'une manière authentique. Emmanuelle Bercot ne vole pas son prix d'interprétation à Cannes. Vincent Cassel est tout aussi bon, dans un rôle exaspérant. Les personnages secondaires apparaissent d'une manière subtile. Rien à redire. L'écriture est juste.

Le film peut par moment agacer par ses effets de répétitions (ruptures et de réconciliations sous la couette pour ne citer que ça) et ses personnages "sexe, drogue & rock'n roll" aux comportements parfois démesurés (crier en pleine rue par exemple). Mais comme on est au cinéma, on pardonne ces impairs, car sinon, qu'est-ce qu'on s'ennuierait... L'écriture joue sur les émotions, des réactions entre drame et humour qui n'insistent pas sur le pathos.

mon roi2

Un film à voir pour la force de ses personnages.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOCO

Rythme:        OOOCO

Acteurs:    OOOOC

Emotion:          OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour sa qualité d'écriture

- pour sa qualité d'interprétation

- pour sa leçon de vie sur l'amour


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- la partie au centre de rééducation moins intéressante...
- une durée d'ensemble trop longue
- le ton parfois exaspérant des personnages

Posté par Aline Cineglobe à 10:25 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2014

Dallas Buyers Club

21041126_20130917181840774

Drame, biopic

67564366Film américain

Note: 14/20 ♥♥

Date de sortie: 29 janvier 2014
Réalisateur:
Jean-Marc Vallée
Acteurs principaux:
Matthew McConaughey, Jennifer Garner, Jared Leto
Durée:
1h57

Synopsis (Allociné) :
1986, Dallas, Texas, une histoire vraie. Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c’est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l’impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d’autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né. Mais son succès gêne, Ron doit s’engager dans une bataille contre les laboratoires et les autorités fédérales. C’est son combat pour une nouvelle cause… et pour sa propre vie.


Ma critique de "Dallas Buyers Club": Le sujet sur le fléau du sida et des premières recherches médicales est plutôt original. On s'attache au cas du personnage principal tout en portant un regard plus critique sur les laboratoires pharmaceutiques. Un scénario plutôt recherché mis en valeur grâce à la photographie qui plonge le spectateur dans le Texas des années 80.

dallas buyers club

La réalisation du canadien Jean-Marc Vallée n'est jamais larmoyante, utilisant davantage le registre ironique. Le drame en est presque trop dépourvu d'émotions! On peut alors reprocher un rythme sans effets dynamiques, qui ne maîtrise pas toujours très bien le suspense et semblent utiliser des ficelles convenues (la gentille docteur, les méchants laboratoires, la rédemption du héros...). L'ensemble s'inspire cependant de l'histoire vraie de Ron Woodroof et son parcours reste plutôt percutant à découvrir.

dallas buyers club 2

C'est surtout la performance des acteurs qui est à souligner ici. Matthew McConaughey a perdu 20 kilos pour le rôle et délivre une performance à la hauteur du personnage. Le retour de Jared Leto en transsexuel n'est pas mal non plus. Seul le choix Jennifer Garner reste un peu décevant.

Une mise en scène solide, une histoire intéressante, un rythme long et plat.

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOOCO

Rythme:        OOCOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OCOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Correct

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour la performance des rôles masculins
-
pour le sujet intéressant autour des traitements pour le sida
-
pour une histoire vraie

 

3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un certain faux-rythme trop souligné
- un peu long
- pas très émouvant

Posté par Aline Cineglobe à 23:05 - Drame - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 years a slave

21041126_20130917181840774

Drame moins10

67564366Film américain

Note: 16/20 ♥♥♥

Date de sortie: 22 janvier 2014
Réalisateur:
Steve McQueen
Acteurs principaux:
Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender, Benedict Cumberbatch
Durée:
2h13

Synopsis (Allociné) :
Les États-Unis, quelques années avant la guerre de Sécession. 
Solomon Northup, jeune homme noir originaire de l’État de New York, est enlevé et vendu comme esclave. 
Face à la cruauté d’un propriétaire de plantation de coton, Solomon se bat pour rester en vie et garder sa dignité. 
Douze ans plus tard, il va croiser un abolitionniste canadien et cette rencontre va changer sa vie…


Ma critique de "12 years a slave": L'histoire raconte le calvaire de Salomon Northup, un homme libre et père de famille, enlevé et vendu comme esclave au milieu du 19ème siècle. L'oeuvre du cinéaste britannique n'a pas volé sont titre de film "coup de fouet" de l'année.

12 years a slave

La mise en scène pointe un vrai malaise en mettant l'accent sur des images plutôt rudes (même si la violence reste principalement hors champs). La vie d'esclave est atrocement difficile, "12 years a slave" nous le rappelle par le fouet et les sentiments, sans oublier de produire une substance cinématographique: un objet académique sans accrocs, avec ses beaux plans de cinéma, une lumière travaillée, des grands acteurs... Le point de vue historique s'allie au point de vue humain, pour dénoncer d'une manière provocante l'esclavagisme.

12 years a slave 2

Le cinéaste fabrique en effet un réalisme oppressant dont se dégage une certaine émotion, sans toutefois insister sur les effets mélodramatiques (peu de violons mais assez pour repartir avec le nez dégoulinant quand les lumières se rallument).

Le sujet n'a pas de mal à être bouleversant, grâce à la force d'interprétation des acteurs principaux: Ejiofor et Fassbender se débrouillent très bien.

12 years a slave 3

Le fait que le héros se retrouve esclave du jour au lendemain ajoute un plus au scénario. Malgré tout, on retombe facilement dans un thème descriptif et classique avec des ambiances qui rappellent trop vite d'autres films. Le récit dénonce les personnages dans un manichéisme sans surprise et le rythme s'appuie sur quelques longueurs de trop.

Un film d'esclavage réussit.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOCO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Correct

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour un film annoncé favori aux Oscars
-
pour le thème de l'esclavage bouleversant
-
qu'est ce qu'on ferait sans Brad Pitt...

 

3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une violence moyennement supportable
- le genre de film à voir une fois.. mais deux?
- des profils de personnages vus et revus

Posté par Aline Cineglobe à 22:19 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]