Cinéglobe - Critiques des films à l'affiche par Aline

L'actualité du cinéma- Critiques des films du moment! Archives 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 -2015 - 2016 - 2017

08 septembre 2017

120 battements par minute

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame

67563699Film français

Note: 14/20

Date de sortie: 30 août 2017
Réalisateur:
Robin Campillo
Acteurs :
Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel
Durée:
2h20

Synopsis (Allociné) :
Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale.
Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.


Ma critique de "120 battements par minute": Un sujet fort, celui du Sida et des militants d'Act Up Paris au début des années 90. Une mise en scène tout aussi forte. La caméra nous enferme d'abord dans les réunions et les débats musclés du groupe, puis s'immisce petit à petit dans les relations intimes d'un amour naissant. Plus documentaire que larmoyant, le film met à l'honneur le thème du combat. Le hic c'est que ça dure 2h20 et que ça finit par faire long...

Un film riche en matière.

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOCOO

Acteurs:   OOOCO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Correct

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour son Grand Prix au festival de Cannes

- pour un discours marquant

- pour l'immersion réussie


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- c'est long dans l'ensemble
- pas vraiment d'émotion chez le spectateur
- des scènes un peu crues

Posté par Aline Cineglobe à 23:31 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2017

Les Proies

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame

67564366 Film américain

Note: 14/20

Date de sortie: 23 août 2017
Réalisateur:
Sofia Coppola
Acteurs :
Colin Farrell, Nicole Kidman, Kirsten Dunst
Durée:
1h33

Synopsis (Allociné) :
En pleine guerre de Sécession, dans le Sud profond, les pensionnaires d'un internat de jeunes filles recueillent un soldat blessé du camp adverse. Alors qu'elles lui offrent refuge et pansent ses plaies, l'atmosphère se charge de tensions sexuelles et de dangereuses rivalités éclatent. Jusqu'à ce que des événements inattendus ne fassent voler en éclats interdits et tabous.


Ma critique de "Les Proies": ll faut se dire d'entrée de jeu, que le nouveau Sofia Copala n'échappe pas au principal souci des films de la réalisatrice : le rythme particulièrement lent. Nous pouvons aussi préciser qu'il s'agit d'un remake d'un film éponyme de 1971. Le contexte de la guerre de Sécession est la toile de fond à un décor en huis clos, celui du pensionnat de Miss Martha. Toutefois, grâce à un jeu maîtrisé dans le dévoilement et le comportement des personnages, le suspense réussit à retenir l'attention.

La première partie du long métrage pose les clés de l'histoire et les personnages, servis par un casting étoilée. Chaque comédienne endosse un rôle sur mesure et sans surprise, là où on a l'habitude de les voir. Une Nicole Kidman en costume d'époque et en maîtresse de maison, une Elle Fanning en jeune fille provocante... On apprécie la finesse d'écriture et la bonne direction d'acteurs, sans tomber dans les caricatures et les névroses à trois sous. Les héroïnes, les tensions et les rivalités savent rester vraies. Cette pudeur du récit est assez appréciable.

L'enjeu de la mise en scène est donc de faire monter la tension progressivement. Ce point est assez réussi, au risque de perdre quelques spectateurs sur la durée ! Un exercice de style où l'action anecdotique frôle à quelques reprises l'ennui. En effet, le script reste au final très léger...

Un film d'atmosphère où les actions sont réduites au minimum.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour le casting principalement féminin qui sert un récit humain

- pour
les décors d'époque photogéniques
- pour le prix de la mise en scène à Cannes


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- une action qui progresse de manière lente
- ce n'est pas un thriller dans le sens générique du terme
- on retrouve les thèmes de Sofia Coppola sans grande surprise

Posté par Aline Cineglobe à 00:13 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2017

Le dernier vice-roi des Indes

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame

67563973Film britannique, indien

Note: 15/20

Date de sortie: 5 juillet 2017
Réalisateur:
Gurinder Chadha
Acteurs :
Hugh Bonneville, Gillian Anderson, Manish Dayal
Durée:
1h47

Synopsis (Allociné) :
Mars 1947. Après 300 ans de domination anglaise, le Palais du Vice-Roi à Delhi ouvre ses portes une dernière fois pour accueillir en grande pompe Lord Mountbatten et sa famille.
Petit-fils de la reine d'Angleterre et nommé dernier Vice-Roi des Indes, "Dickie" Mountbatten devra préparer le pays à l'indépendance. Mais la tâche s'avérera bien plus ardue que prévu. Après d'âpres négociations avec Nehru, Gandhi et Jinnah, perturbées par de violents conflits religieux, il n'aura d'autre choix que d’entériner la partition des Indes et la création d'un nouvel état, le Pakistan.


Ma critique de "Le dernier Vice-Roi des Indes": Une vulgarisation vraiment intéressante sur l'indépendance de l'Inde et la création du Pakistan. Le choix de mélanger des aspects historiques et romancés permet au spectateur de ne pas s'ennuyer. Une mise en scène académique, où la musique joue le jeu des émotions. Les conflits des communautés est un thème classique, avec ici beaucoup de bons sentiments. Les acteurs télévisuels campent des rôles forts et une interprétation soignée. Les plus critiques d'entre nous trouveront ça mièvre.

le dernier vice-roi des indes

Un drame humaniste servi par une réalisation de qualité.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOCO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOOCO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour un film qui éclaire un sujet historique pas trop vu

- pour
les émotions
- pour la BO de film "émotion"


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- le côté classique/mièvre pas très original
- la liberté avec l'Histoire... où est le vrai où est le faux...
- un discours pas trop nuancé

Posté par Aline Cineglobe à 12:15 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2017

Loving

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame

67564366 67563973Film américain, britannique

Note: 15/20

Date de sortie: 15 février 2017
Réalisateur:
Jeff Nichols
Acteurs :
Joel Edgerton, Ruth Negga
Durée:
2h04

Synopsis (Allociné) :
Mildred et Richard Loving s'aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu'il est blanc et qu'elle est noire dans l'Amérique ségrégationniste de 1958. L'État de Virginie où les Loving ont décidé de s'installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu'il quitte l'État. Considérant qu'il s'agit d'une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu'à la Cour Suprême qui, en 1967, casse la décision de la Virginie. Désormais, l'arrêt "Loving v. Virginia" symbolise le droit de s'aimer pour tous, sans aucune distinction d'origine.


Ma critique de "Loving": Jeff Nichols porte à l'écran l'histoire vraie d'un couple mixte poursuivit par la justice dans l'Amérique ségrégationniste des années 60.  La sensibilité de la mise en scène et le profil sobre des personnages offrent un beau récit de cinéma, si on aime le genre... Joel Edgerton prouve qu'il est un acteur polyvalent avec une présence forte à l'écran. Sa partenaire Ruth Negga ne démérite pas, mais son rôle semble beaucoup plus vu. "Loving" est construit autour de longueurs classiques, un scénario linéaire, au service d'une histoire d'amour intéressante dans son contexte.

loving

Film intéressant, témoin d'un amour et d'une époque.

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOOCO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOCO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour la sobriété des personnages

- pour
le résultat touchant
- pour les acteurs


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un sujet un peu déjà vu
- le rythme globalement lent
- à voir une fois mais pas deux...

Posté par Aline Cineglobe à 18:35 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2016

Moi, Daniel Blake

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame

6756397367563699 Film britannique, français, belge

Note: 13,5/20

Date de sortie: 26 octobre 2016
Réalisateur:
Ken Loach
Acteurs:
Dave Johns, Hayley Squires
Durée:
1h39

Synopsis (Allociné) :
Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l'obligation d'une recherche d'emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d'accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider…


Ma critique de "Moi, Daniel Blake": Du haut de ses 80 ans, Ken Loach rempile pour un film au discours social, lui valant la dernière Palme d'Or au Festival de Cannes. Le script se concentre sur la situation difficile de deux personnages: un homme qui bataille avec l'administration pour toucher des aides suite à des problèmes cardiaques, et une mère célibataire qui tente de vivre comme elle peut. Le film dénonce d'un côté les aberrations de l'administration (manque de communication, dérives des formulaires, emprise d'internet), et de l'autre, la vie dans la pauvreté.

moi, daniel blake

L'intrigue repose uniquement sur les faits et gestes des personnages, une substance qui peut sembler pauvre. Cependant, grâce à une bonne direction des acteurs, le thème de l'injustice est fortement mise en valeur, avec un ressenti assez touchant pour le spectateur. Les situations inspirent une certaine compassion sans forcer le jeu du mélodrame : tout passe par une mise en scène très descriptive et épurée, comme un simple témoignage. On ne sait alors pas trop quoi penser de toutes ses intentions, car le film possède aussi un principal défaut : pointer les stéréotypes. Les issues deviennent prévisibles, le discours est parfois grossièrement dénonciateur, et sans réussir à élever le niveau d'intérêt plus qu'il ne l'ait déjà.

Un témoignage social intéressant mais sans plus...

 

Réalisation:    OOOCO

Scénario:      OOCOO

Rythme:        OOCOO

Acteurs:    OOOCO

Emotion:         OOCOO

 

Intéressant? Correct

Divertissant? Correct

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour un film Palme d'Or

- pour la qualité du jeu d'acteur

- pour la sensibilité des thèmes abordés


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un sujet pas joyeux en soi qui tire l'émotion
- le manque d'intrigue
- le rythme étiré

Posté par Aline Cineglobe à 18:39 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2016

Juste la fin du monde

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame

67563699  Film français, canadien

Note: 11/20

Date de sortie: 21septembre 2016
Réalisateur:
Xavier Dolan
Acteurs principaux:
Gaspard Ulliel, Nathalie Baye, Léa Seydoux
Durée:
1h35

Synopsis (Allociné) :
Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancoeurs qui parlent au nom du doute et de la solitude


Ma critique de "Juste la fin du monde": Xavier Dolan décrit un chaos familial qui laisse perplexe, pour un résultat plutôt original mais trop hermétique à mon goût ! L'histoire est annoncée dès le début : un homme revient auprès de sa famille suite à douze ans de séparation pour annoncer une nouvelle radicale. Le repas de famille semble mal parti... Les dés sont joués, et on ne sait pas trop sur quelle face ils vont retomber.

juste la fin du monde

Tout d'abord, on a du mal à cerner les personnages, chacun avec un caractère moyennement crédible voire désagréable. Vincent Cassel n'est bon qu'à brailler des insultes, Marion Cotillard joue une timorée on-ne-sait-pas, Léa Seydoux n'est toujours pas intéressante. Nathalie Baye est l'actrice qui semble le mieux s'emparer de son personnage, celui pour lequel on ressent davantage de compassion et de fantaisie réunies.

juste la fin du monde2

La bande-son hétéroclite modernise la mise en scène avec une dynamique sympa. Le reste semble beaucoup plus surfabriqué, comme ces enchaînements de gros plans qui se succèdent pour ne rien dire. L'émotion ne circule pas. Les dialogues sont sans profondeur. Un numéro hystérique peu compréhensif sur le fond.

Plutôt contre.

 

Réalisation:    OOCOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOCOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Correct

Divertissant? Correct

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour son Grand Prix au Festival de Cannes

- pour le thème du repas de famille tourmenté

- pour la bande-son équilibrée


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- la mauvaise direction des acteurs
- l'ambiance du non-sens
- les émotions qui ne passent pas vraiment

Posté par Aline Cineglobe à 21:54 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une vie entre deux Océans

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame

67564366 Film américain

Note: 16/20

Date de sortie: 5 octobre 2016
Réalisateur:
Derek Cianfrance
Acteurs principaux:
Michael Fassbender, Alicia Vikander, Rachel Weisz
Durée:
2h13

Synopsis (Allociné) :
Quelques années après la Première Guerre mondiale en Australie. Tom Sherbourne, ancien combattant encore traumatisé par le conflit, vit en reclus avec sa femme Isabel, sur la petite île inhabitée de Janus Rock dont il est le gardien du phare. Mais leur bonheur se ternit peu à peu : Isabel ne peut avoir d’enfant… Un jour, un canot s’échoue sur le rivage avec à son bord le cadavre d’un homme et un bébé bien vivant. Est-ce la promesse pour Tom et Isabel de fonder enfin une famille ?


Ma critique de "Une vie entre deux Océans": Adapté d'un best-seller, le film s'intéresse à la vie recluse d'un gardien de phare, ancien combattant de la guerre. Après avoir retrouvé goût à la vie grâce à l'amour, les personnages se retrouvent confrontés à des situations et des décisions bien difficiles. La réalisation tombe dans un style très académique, celle de la romance et du déchirement, avec plusieurs grands chapitres.

Un mélodrame cinématographique dans tous ses états, bercé par le son des violons et les images-paysages. Le rythme de l'histoire est lent mais constructif car il n'est pas synonyme d'ennui. Il permet au contraire de poser chaque pierre du récit et de donner naissance aux grands sentiments.

une vie entre deux océans

Les comédiens arrivent à toucher le spectateur grâce à l'authenticité des émotions. Alicia Vidanker se révèle à sa place et forme un couple assorti avec Michael Fassbender. Rachel Weisz est plus en retenue, mais tout aussi poignante.

On pourrait reprocher à ce film un scénario un peu "trop parfait" qui tirent des ficelles parfois lourdes dans le déroulement des évènements. De même, le ton moralisateur abordent des thèmes déjà vus et pas très innovant dans l'absolu : le manque d'enfant ou encore la culpabilité...  Heureusement, la nature de cette fresque larmoyante ne tombe pas dans le ridicule, grâce à une mise en scène tout simplement maîtrisée et s'ouvre sur une réflexion morale intemporelle.

une vie entre deux océans2

Ne pas oubliez les mouchoirs !

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOCO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:         OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour la dimension romanesque

- pour le
bon choix des acteurs
- pour les émotions en valeur


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un sujet mélodramatique qui peut rebuter...
- un scénario écrit dans les longueurs
- la morale périmée sur la rédemption, le pardon, etc...

Posté par Aline Cineglobe à 21:44 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2016

Frantz

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame

67563699 Film français, allemand

Note: 13,5/20

Date de sortie: 7septembre 2016
Réalisateur:
François Ozon
Acteurs principaux:
Pierre Niney, Paula Beer
Durée:
1h54

Synopsis (Allociné) :
Au lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune Français, Adrien, est venu se recueillir sur la tombe de son ami allemand. Cette présence à la suite de la défaite allemande va provoquer des réactions passionnelles dans la ville.


Ma critique de "Frantz": Le nouveau long-métrage de François Ozon traite un sujet sensible, celui des pertes de la guerre, en se plaçant du point de vue des allemands. Avec un rythme traînant et une réalisation qui se veut plutôt léchée, le résultat reste cependant décevant. En effet, le scénario et les émotions ne m'ont pas transcendé. Soit on se retrouve maladroitement avec trois longueurs d'avance sur l'histoire, soit on n'arrive pas vraiment à se mettre dans les émotions des personnages. Les effets de mise en scène sont d'ailleurs un peu lourds, avec le mélange noir et blanc/couleur, pour ne citer que cet exemple.

frantz

Le récit parle pourtant d'un sujet grave et rempli de propos bien pensant. La reconstitution et l'ambiance d'après-guerre sont les points forts du film. Les décors et le travail sur la photographie sont bien exécutés, avec une poésie cinématographique. Le mélange des langues français/allemand marche bien. On ne peut nier la sensibilité apportée à la mise en scène.

L'actrice principale, Paula Beer, est touchante et jolie. Un peu trop lisse peut-être... Le jeu assez forcé de Pierre Niney ne m'a pour une fois pas trop convaincu, les intentions et la peine du personnage restent assez opaques au spectateur. Un peu trop faux peut-être...

frantz2

Une mise en scène élégante, sans ennui, mais l'histoire et les émotions n'acquièrent pas l'étincelle attendue.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOCOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Correct

Divertissant? Correct

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour l'actrice Paula Beer

- pour le point de vue original

- pour les décors


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- le côté exercice de style trop ressenti
- le souffle mélodramatique décevant
- un sérieux étouffant

Posté par Aline Cineglobe à 14:03 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2016

Room

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame moins10

drapeau_canada Film canadien, irlandais

Note: 15,5/20

Date de sortie: 9 mars 2016
Réalisateur:
Lenny Abrahamson
Acteurs principaux:
Brie Larson, Jacob Tremblay, Joan Allen
Durée:
1h5
8
Synopsis (Allociné) :
Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé.


Ma critique de "Room": Malgré un synopsis simple et un sujet plutôt sordide (la séquestration), le film réussit à impliquer le spectateur et devenir prenant dans toute sa longueur. Un bel exemple de mise en scène qui arrive à ne pas tomber dans le mauvais goût, ouf.

room

L'interprétation de Brie Larson est touchante et ne vole pas son Oscar. Tout comme celle du jeune garçon, qui ne démérite pas. La tension est présente dans chaque scène, et le découpage de l'histoire permet de relancer le rythme quand il le faut. Le script laisse une marge de subtilité dans les réactions et l'intimité des personnages. Enfin, l'émotion réussit à transpercer dans plusieurs scènes. Une plutôt bonne surprise pour un sujet qui paraissait casse-gueule.

Un thriller psychologique bien tourné.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOOCO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOOCO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour l'interprétation émouvante (oscarisée)

- pour l'évolution des personnages

- pour la puissance émotionnelle


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un sujet difficile et pas très gai :(
- ne pas trop en savoir sur l'histoire au risque de gâcher
- quelques artifices mélodramatiques

Posté par Aline Cineglobe à 16:59 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

Eperdument

19744228_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110520_062219

Drame

67563699 Film français

Note: 13,5/20

Date de sortie: 2 mars 2016
Réalisateur:
Pierre Godeau
Acteurs principaux:
Guillaume Gallienne, Adèle Exarchopoulos
Durée:
1h50

Synopsis (Allociné) :
Un homme, une femme. Un directeur de prison, sa détenue. Un amour impossible.


Ma critique de "Éperdument": Le sujet de l'amour interdit, l'environnement méconnu des prisons, la réunion de deux acteurs césarisés la même année, donnent matière à faire un film contextualisé intéressant.

eperdument

L'émotion repose sur l'interprétation des comédiens. Adèle Exarchopoulos et Guillaume Gallienne forment un couple plutôt bien assorti pour l'occasion, avec quelques maladresses qui leur sont propres. Il faut davantage regretter une direction d'acteurs poussée vers des effets un peu factices (le mutisme de la fille au début, des dialogues sans réelle spontanéité, des gros plans insignifiants). La romance et l'aspect psychologique fonctionnent globalement, fidèles à l'idée qu'on s'en fait.

L'intrigue peut cependant finir par lasser le spectateur, par sa mise en place assez longue, par son aspect linéaire, elle devient étroitement liée à une mise en scène un brin classique

eperdument2

"Eperdument" n'est pas un mauvais film, mais ne bouleverse pas toujours comme on l'aurait voulu. Pire, le point de vue laisse perplexe quant aux réponses fournies.

Une réalisation solide mais faussement audacieuse.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
- pour la tension liée au jeu sensuel et interdit

- pour l'analyse
psychologique et sociale des personnages
- pour le zoom sur le milieu carcéral


3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- la fin
- un rythme qui finit par lasser
- la fin

Posté par Aline Cineglobe à 16:24 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]